Vous êtes ici : Accueil du site > Ouverture au monde > L’écologie de la paix, Extrait du message de Benoit XVI à (...)
Publié : 7 janvier 2007

L’écologie de la paix, Extrait du message de Benoit XVI à l’occasion de la journée de la paix le 1er janvier 2007

8. Dans l’encyclique Centesimus annus, Jean-Paul II écrit : « Non seulement la terre a été donnée par Dieu à l’homme qui doit en faire usage dans le respect de l’intention primitive, bonne, dans laquelle elle a été donnée, mais l’homme, lui aussi, est donné par Dieu à lui-même et il doit donc respecter la structure naturelle et morale dont il a été doté ».(6) C’est en répondant à cette consigne, qui lui a été adressée par le Créateur, que l’homme, avec ses semblables, peut donner vie à un monde de paix. En plus de l’écologie de la nature, il y a donc une « écologie » que nous pourrions appeler « humaine », qui requiert parfois une « écologie sociale ». Et cela implique pour l’humanité, si la paix lui tient à cœur, d’avoir toujours plus présents à l’esprit les liens qui existent entre l’écologie naturelle, à savoir le respect de la nature, et l’écologie humaine. L’expérience montre que toute attitude irrespectueuse envers l’environnement porte préjudice à la convivialité humaine, et inversement. Un lien indissoluble apparaît toujours plus clairement entre la paix avec la création et la paix entre les hommes. L’une et l’autre présupposent la paix avec Dieu. La poésie-prière de saint François, connue aussi comme « le Cantique de Frère Soleil », constitue un exemple admirable - toujours actuel - de cette écologie multiforme de la paix.

9. Le problème, chaque jour plus grave, des approvisionnements énergétiques nous aide à comprendre combien est étroit le lien entre ces deux écologies. Au cours des dernières années, de nouvelles Nations se sont engagées avec dynamisme dans la production industrielle, faisant croître les besoins en énergie. Cela est en train de provoquer une course aux ressources disponibles sans précédent. En même temps, dans certaines régions de la planète, il existe encore des situations de grand retard, où le développement est pratiquement bloqué, notamment en raison de la hausse des prix de l’énergie. Que deviendront les populations de ces régions ? Quelle sorte de développement ou de non-développement leur sera imposée par la raréfaction des approvisionnements énergétiques ? Quelles injustices et quelles oppositions provoquera la course aux sources d’énergie ? Et comment réagiront les exclus de cette course ? Ce sont des questions qui mettent en évidence que le respect de la nature est étroitement lié à la nécessité de tisser entre les hommes et entre les Nations des relations dans lesquelles on porte attention à la dignité des personnes et qui puissent satisfaire leurs besoins authentiques. La destruction de l’environnement, son usage impropre ou égoïste et la mainmise violente sur les ressources de la terre engendrent des déchirures, des conflits et des guerres, justement parce qu’ils sont le fruit d’une conception inhumaine du développement. En effet, un développement qui se limiterait à l’aspect technique et économique, négligeant la dimension morale et religieuse, ne serait pas un développement humain intégral et finirait, parce qu’il est unilatéral, par encourager la capacité destructrice de l’homme.

Visions réductrices de l’homme

10. Il est donc urgent, même dans le cadre des difficultés actuelles et des tensions internationales, de s’engager pour donner vie à une écologie humaine qui favorise la croissance de l’arbre de la paix. Pour tenter une telle entreprise, il est nécessaire de se laisser guider par une vision de la personne qui ne soit pas corrompue par les préjugés idéologiques et culturels, ou par des intérêts politiques et économiques, qui incitent à la haine et à la violence. Il est compréhensible que les visions de l’homme varient en fonction des cultures. À l’inverse, on ne peut admettre que soient entretenues des conceptions anthropologiques qui renferment en elles-mêmes le germe de l’opposition et de la violence. Les conceptions de Dieu qui incitent à l’intolérance envers nos semblables et au recours à la violence à leur égard sont également inadmissibles. C’est un point qu’il faut rappeler avec clarté : une guerre au nom de Dieu n’est jamais acceptable ! Quand une certaine conception de Dieu est à l’origine de pratiques criminelles, c’est le signe qu’une telle conception s’est déjà transformée en idéologie.

11. Aujourd’hui, cependant, la paix n’est pas mise en question seulement par le conflit entre les visions réductrices de l’homme, à savoir entre les idéologies. Elle l’est aussi par l’indifférence pour ce qui constitue la véritable nature de l’homme. En effet, de nombreux contemporains nient l’existence d’une nature humaine spécifique et ils rendent ainsi possibles les interprétations les plus extravagantes au sujet des éléments qui sont essentiellement constitutifs de l’être humain. Ici aussi la clarté est nécessaire : une conception « faible » de la personne, qui laisse place à n’importe quelle conception, même excentrique, ne favorise la paix qu’en apparence. En réalité, elle empêche le dialogue authentique et elle ouvre la voie à l’apparition de positions autoritaires, conduisant ainsi à laisser la personne elle-même sans défense et, par conséquent, à en faire une proie facile de l’oppression et de la violence.